Assemblée générale de la JSJ – samedi 3 septembre 2022

La Jeunesse socialiste jurassienne (JSJ) informe qu’une assemblée générale s’est tenue le samedi 3 septembre 2022 à l’Hôtel du Bœuf à Delémont. L’assemblée a procédé à deux élections complémentaires pour le comité et adopté les recommandations de vote concernant les objets soumis au scrutin populaire le 25 septembre 2022.


Élections complémentaires au comité


Les membres présent.e.s ont tout d’abord pris acte du départ d’Axalia Vollmer et de Zoé Seuret et les ont vivement remerciées pour le travail effectué durant leur mandat.


En ce qui concerne les élections statutaires complémentaires, deux personnes ont fait acte de candidature. Le nombre de candidat.e.s étant égal au nombre de sièges à pourvoir, l’assemblée a procédé à l’élection des membres par acclamation.


Le nouveau comité de la Jeunesse socialiste jurassienne se compose dès lors des personnes suivantes (L’ordre des personnes dans la liste suit celui sur la photo de gauche à droite. Les nouvelles arrivées sont suivies d’un astérisque.) :



- Mathieu Houmard de Moutier*;

- Juliette Gygax de Courtételle ;

- Valère Lovis de Vicques ;

- Kathleen Chappuis de Porrentruy*;

- Aitor Meyer de Moutier ;

- Romuald Siess de Vendlincourt ;

- Léo Beuret de Courgenay.


Scrutin populaire du 25 septembre 2022


Les membres présent.e.s ont également adopté les recommandations de vote de la JSJ concernant les objets soumis au scrutin populaire le 25 septembre.


Initiative sur l’élevage intensif


Bien que la Jeunesse socialiste jurassienne comprenne les craintes émises par une partie des milieux agricoles, elle estime que cette initiative doit être soutenue pour différentes raisons. En premier lieu, il convient de signaler qu’elle vise à ajouter la notion de dignité animale dans la Constitution fédérale, notion extrêmement importante car contraignant de facto l’Assemblée fédérale à procéder à une amélioration de l’arsenal législatif subsidiaire déterminant les conditions réelles de détention des animaux de rente en cas d’acceptation du texte. Partant de ce fait, les exigences en la matière seront plus strictes (plus de place à disposition et accès à un pâturage pour les animaux, réduction du cheptel, etc.), ce qui provoquera indubitablement une réduction de l’offre en produits d’origine animale et, par conséquent, également une réduction de la demande pour ces derniers, favorisant dès lors un changement nécessaire de nos modes d’alimentation. Par ailleurs, le délai de mise en œuvre de l’initiative étant de 25 ans, le temps alloué indiqué dans la modification constitutionnelle proposée est largement suffisant afin de réaliser les adaptations exigées par cette dernière. En conséquence, la JSJ appelle le corps électoral à voter massivement OUI à l’initiative sur l’élevage intensif.


Financement additionnel de l’AVS par le biais d’un relèvement de la TVA et modification de la loi fédérale sur l’assurance-vieillesse et survivants (AVS 21)


La JSJ appelle également le corps électoral à voter NON aussi bien au financement additionnel de l’AVS par un relèvement de la TVA qu’à la modification de la loi AVS car elle estime l’argument démographique avancé par la droite afin de mener cette réforme vide de sens pour les raisons suivantes : si nous nous remémorons l’histoire de l’AVS, nous constatons que la population suisse de 1948 (année d’introduction de l’AVS) était presque deux fois inférieure à celle de 2022. Par ailleurs, le nombre de rentiers/-ères par rapport au nombre d’actifs/-ives était statistiquement d’un pour 5,5. Or étant donné que les femmes n’étaient quasiment pas présentes sur le marché du travail et que la proportion d’hommes actifs par rapport à la population totale depuis 1948 est restée stable, il en résulte un nombre d’actifs/-ives pour un.e rentier/-ère similaire à celui d’aujourd’hui. En outre, malgré un doublement de la population, l’augmentation des salaires et de la hausse du taux de cotisation depuis 1948 ainsi que l’entrée des femmes sur le marché du travail ont permis une augmentation considérable de la fortune de l’AVS. Cela démontre qu’une diminution de l’âge de la retraite et une augmentation des rentes sont possibles à l’aide de légers ajustements, p. ex. l’indexation des salaires à l’inflation, la concrétisation de l’égalité salariale, l’utilisation des recettes des taux négatifs de la BNS, etc. Cela permettrait ainsi de régler le « problème de financement » de l’AVS décrié par la droite depuis plusieurs décennies, rendant dès lors l’augmentation de l’âge de la retraite des femmes et des taux de TVA proposés au vote populaire totalement inutiles en plus d’être fondamentalement antisociaux.


Modification de la loi fédérale sur l’impôt anticipé


L’impôt anticipé consistant en un prélèvement de 35% sur les revenus des intérêts liés à la détention d’obligations et remboursé au moment où lesdits revenus sont déclarés au service des contributions, celui-ci permet de lutter de manière très efficace contre la fraude fiscale. Cette réforme visant à le supprimer que la droite tente de nous imposer est soutenue par l’affirmation selon laquelle le marché obligataire n’est pas attractif en raison de potentiels problèmes pouvant survenir lors du remboursement de l’impôt anticipé si l’entreprise détentrice de la ou des obligations est imposée à l’étranger. En réalité, le marché obligataire n’est actuellement pas attractif non en raison de l’existence de cet impôt, mais bien parce que les taux d’intérêts rémunératoires sont extrêmement faibles voire nuls ! Par ailleurs, la suppression dudit instrument n’étant profitable qu’à 0,03% des entreprises présentes sur le territoire helvétique ou à des individus percevant d’importants gains de loterie, presque aucune personne morale ou physique située en Suisse n’a intérêt à la soutenir. De surcroît, l’acceptation de celle-ci provoquerait automatiquement un vide de CHF 600 à 800 millions dans les caisses de l’État qui devrait obligatoirement être comblé par nos PME et notre population au travers de la hausse d’un ou de plusieurs impôts ou taxes. Pour toutes ces raisons, la Jeunesse socialiste jurassienne vous invite à glisser un NON à la réforme de la loi fédérale sur l’impôt anticipé dans votre enveloppe de vote ou dans l’urne.



Le comité de la Jeunesse socialiste jurassienne – JSJ

Derniers articles
Archives
Recherche par sujet
Pas encore de mots-clés.