Assemblée générale de la JSJ – samedi 29 janvier 2022

La Jeunesse socialiste jurassienne (JSJ) informe qu’une assemblée générale s’est tenue le samedi 29 janvier 2022 au bureau du Parti socialiste jurassien (PSJ) à Delémont. L’assemblée a procédé aux élections statutaires pour le comité et adopté les recommandations de vote concernant les objets soumis au scrutin populaire le 13 février 2022.


Élections au comité


Les membres présent.e.s ont tout d’abord pris acte du départ de Valentine Barthoulot et de Laurent Jecker après deux ans passés au comité et les ont vivement remercié.e.s pour le travail effectué durant leur mandat.


En ce qui concerne les élections statutaires, une personne a fait acte de candidature et une s’est présentée spontanément. Celles siégeant déjà au comité se sont représentées. Le nombre de candidat.e.s étant égal au nombre de sièges à pourvoir, l’assemblée a procédé à l’élection des membres par acclamation.


Le nouveau comité de la Jeunesse socialiste jurassienne se compose dès lors des personnes suivantes (L’ordre des personnes dans la liste suit celui des personnes sur la photo de haut en bas et de gauche à droite. Les nouvelles arrivées sont suivies d’un astérisque.) :

- Axalia Vollmer de Delémont ;

- Romuald Siess de Vendlincourt ;

- Aitor Meyer de Moutier ;

- Valère Lovis de Vicques ;

- Zoé Seuret de Courtedoux* ;

- Juliette Gygax de Courtételle ;

- Léo Beuret de Courgenay*.


Scrutin populaire du 13 février 2022


Les membres présent.e.s ont également adopté les recommandations de vote de la JSJ concernant les objets soumis au scrutin populaire le 13 février.


Objets fédéraux


Initiative populaire pour l’interdiction de l’expérimentation animale et humaine


La JSJ appelle le corps électoral à voter NON à la l’initiative pour l’interdiction de l’expérimentation animale.


Bien que la JSJ comprenne les motivations du comité d’initiative, elle considère que la disposition constitutionnelle proposée est trop extrême, ce qui menacerait l’approvisionnement à terme en médicaments et nuirait à la recherche scientifique. Par ailleurs, les dispositions légales actuelles au niveau de l’expérimentation animale et humaine étant déjà très strictes, elle estime qu’un renforcement de celles-ci est superflu.


Initiative populaire enfants et jeunes sans publicité pour le tabac


Elle appelle le corps électoral à voter OUI à l’initiative pour l’interdiction de la publicité pour le tabac qui pourrait toucher les enfants.


Bien que la publicité pour le tabac soit actuellement autorisée selon une législation fédérale déjà relativement stricte, il faut toutefois noter que certains cantons vont encore plus loin que celle-ci, ce qui est positif mais malgré tout encore insuffisant.


L’initiative visant l’interdiction de tout type de publicité pour tabac qui pourrait être vue par des enfants est, d’après les membres, la voie à suivre au niveau fédéral. La JSJ soutient l’initative car elle estime que le contre-projet du Parlement est trop laxiste et ne répond qu’aux intérêts des cigarettiers sans véritablement proposer une stratégie antitabac efficace au niveau fédéral.


Révision de la loi fédérale sur les droits de timbre


Les membres appellent le corps électoral à voter NON à la suppression du droit de timbre d’émission.


Les grandes entreprises actives sur les marchés financiers (à l’instar des multinationales présentes dans notre pays) étant, du point de vue fiscal, déjà plus que suffisamment favorisées par rapport aux PME et aux personnes physiques, il est normal, lorsque celles-ci procèdent à une recapitalisation et que, de surcroît, elles n’ont déjà que très peu d’impôts à payer, qu’elles contribuent modestement au bon fonctionnement de l’État (sachant qu’une entreprise ne paiera que Fr. 5000.- d’impôts au titre du droit de timbre pour une recapitalisation de 1,5 million de francs), et ce notamment durant une période de pandémie telle que celle que nous vivons.


Loi fédérale sur un train de mesures en faveur des médias


Elles et ils appellent également le corps électoral à voter OUI au train de mesure en faveur des médias.


Cette loi, qui propose une augmentation des aidées allouées aux médias dans un contexte de crise de financement de la branche (70 journaux ont cessé d’exercer depuis 2003), est nécessaire étant donné que le droit à une information fiable à tous les échelons institutionnels de notre pays est fondamental. Ce droit se justifie encore plus en raison de la pandémie, celle-ci ayant provoqué une vague conspirationniste et populiste face à laquelle la population doit être protégée et dont les médias sont la principale solution.


Ces différentes mesures d’aide aux médias seront financées via la redevance et le budget de la Confédération. Elles comprennent également des mesures en faveur des médias en ligne, ce qui est positif. La JSJ manifeste d’ailleurs son total désaccord avec les opposants qui craignent une mainmise de l’État sur la circulation de l’information étant donné que la loi dispose que le versement des aides par la Confédération ne dépend pas du contenu publié par les médias concernés. Il est à noter que ce mécanisme existe dans plusieurs pays du nord de l’Europe et ne pose aucun problème quant à la liberté rédactionnelle des journaux et des radios ou TV locales, régionales et nationales.


Objet cantonal


Initiative populaire cantonale pour la transparence du financement des partis et contre-projet


La JSJ appelle également le corps électoral à voter OUI à l’initiative cantonale pour la transparence du financement des partis politiques et à voter NON au contre-projet du Parlement jurassien.


Cette initiative a été lancée par le PSJ dans un contexte dans lequel la Suisse est le seul pays d’Europe à ne pas avoir de loi nationale concernant la transparence du financement des partis politiques et de leurs campagnes. Seuls quelques cantons exigent de la transparence à ce niveau et le Jura doit également être de la partie.


Étant donné que les contributions des membres et des élus sont généralement insuffisantes pour financer les partis et les campagnes, le comité d’initiative a explicitement ajouté des clauses contraignantes dans le texte proposé au corps électoral.


Sont exigés par l’initiative :


- La publication des comptes et des sources de financement des partis ;


- La publication du budget et des sources de financement des comités de campagne.


Par ailleurs, l’initiative demande :


- Que le nom des personnes morales (c’est-à-dire principalement des entreprises) qui financent des partis ou des campagnes de votation soit rendu public tout comme le montant exact de la somme versée, et ce dès le premier franc. Cette contrainte est nécessaire car elle permet une transparence totale au sujet des intérêts en présence dans le cadre de campagnes de votations ou d’élections. ;


- Que le nom complet des personnes physiques soit rendu public du moment que le montant total des versements dépasse Fr. 750.- par personne et par année. Cette contrainte est également nécessaire car la somme indiquée est élevée comparativement aux salaires jurassiens et permet d’atteindre le même but que celle mentionnée au paragraphe précédent.


Bien que le contre-projet accepté par la majorité bourgeoise du Parlement jurassien aille dans une direction similaire à celle de l’initiative, il vide complètement le texte du PSJ de sa substance en supprimant les éléments contraignants de l’initiative et ne propose dès lors plus une transparence digne de ce nom, ce qui est contraire à la volonté des signataires.



Le comité de la Jeunesse socialiste jurassienne – JSJ

Derniers articles
Archives
Recherche par sujet
Pas encore de mots-clés.