April 3, 2020

Please reload

Pour ce 15 Mai, unissons nos forces !

Aujourd’hui devait avoir lieu la Grève pour l’Avenir, une journée de mobilisation impulsée par la Grève du Climat en collaboration avec les syndicats et d’autres organisations. En remplacement des grèves et manifestations, repoussées à une date ultérieure, des actions se dérouleront en ligne, ou dans la mesure du possible à l’extérieur, dans le respect des consignes sanitaires. La Jeunesse Socialiste Jurassienne apporte son total soutien à cette journée, comme lors des précédentes grèves pour le climat. Parler de la crise actuelle ne relève pas d’une manœuvre de communication. Bien plus, la situation que nous expérimentons actuellement remet au jour des sujets occultés. La situation actuelle a révélé une crise économique et sanitaire, mais aussi crise alimentaire.

 

La crise climatique. Elle se voit dans la sécheresse de ce printemps. Après une année 2019 qui compte parmi les plus chaudes jamais enregistrées, et avec un manque cruel de plus d’un mois de pluie au mois de mars, toute notre société va être impactée, à commencer par la biodiversité, qui ne cesse de diminuer. Cet impact commence à s’étendre aux conditions de travail elles-mêmes. Les confinements deviendront, hélas, plus récurrents. Que cela soit dû aux sécheresses extrêmes ou à des crises sanitaires futures. Ce type de pandémie démontre bien que l’intrusion non régulée dans la biodiversité, la conception d’une humanité à part de la nature et l’extraction de ressources nuira autant à la planète qu’à nous-mêmes. 

Notre pays a déjà « fêté » dans un silence aberrant le « jour du dépassement » il y a une semaine : le jour à partir duquel la population suisse vit à crédit sur les ressources. Nous ne sommes alors qu’au début du 5e mois de l’année… C’est de cette dette-là dont il faut avoir peur, car contrairement à l’économie, nous n’aurons ici pas de 2e chance. Pourtant, personne ne consomme ces ressources de la même manière.

 

Transition, démocratie et écologie

La JSJ est indignée par la pauvreté qui impacte terriblement les plus bas revenus et cela également dans notre canton. Même face à cette aberration, le système de redistribution est à peine touché. Empathie plutôt qu’action. Nous revendiquons une transition écologique la plus démocratique possible, avec une imposition juste. Cela ne doit pas se faire sur le seul dos de la population travailleuse et d

 

es plus vulnérables ! Il faut aller chercher l’argent là où il est. A voir les dividendes des dernières années, il est clair qu’imposer les plus hauts revenus n’est pas une demande irréaliste. La recherche effrénée du toujours plus ne nous mènera nulle part. Après une année et demie de manifestations pour le climat, la place financière suisse n’est pas disposée à remettre en question ses investissements dans les énergies fossiles. Les paradis fiscaux et les profits ne connaissent ni frontières, ni confinement. C’est inacceptable ! Il faut stopper cette déconnexion aberrante du monde réel. 

 

Sauvetage de Swiss: une occasion ratée

Il est incompréhensible que le sauvetage de Swiss ne se fasse sans une remise en cause du fonctionnement du secteur aérien. C’est une occasion ratée ; en effet, les trajets courts en avions ne seront pas débattus. Le rail peut attendre, les avions doivent voler. Non, la jeunesse qui manifeste dans les rues n’est pas la génération EasyJet ! Il faut cesser de nous attribuer cette étiquette. C’est justement un changement de paradigme qui est demandé. Soutien au secteur aérien, en milliards ; soutien aux crèches, en millions. Nous devons redéfinir les priorités pour une société plus juste et solidaire. Changeons le système, pas le climat !

L’importance des services publiques a été révélée au grand jour ces dernières semaines. Dans tous les domaines, même les soins, la centralisation et la délocalisation augmentent les trajets à effectuer et chargent les voies de transport, et en conséquence l’environnement. Nous appelons à une société de proximité ; à une valorisation des métiers essentiels, ceux du lien ; à un soutien à l’agriculture pour qu’elle puisse se reconvertir ; à une politique de rénovation du bâti ; au freinage du mitage ; à l’arrêt des investissements dans les énergies fossiles, des revendications qu’elle partage avec la Grève pour l’Avenir. 

 

Faites du bruit !

La Jeunesse Socialiste jurassienne invite la population à se joindre au mouvement sous le slogan « il est moins une ! ». Par exemple en faisant du bruit à 11 :59, puis le soir à 21 :00 en soutien aux personnes dont le travail est essentiel à notre société, ou en laissant la créativité s’exprimer dans des affiches et autres pancartes à afficher dans l’espace publique. Il est aussi important d’utiliser cette journée pour réfléchir à des solutions, à partager, faire avancer le débat sur le lieu de travail, à l’heure de l’apéro, afin qu’enfin le tant attendu « monde d’après » prenne forme, qu’il soit solidaire, écologiste et démocratique. La JSJ quant à elle, participera à la journée sur les réseaux sociaux, en thématisant la problématique du changement climatique à l’aide de visuelsavant/après pour sensibiliser aux changements de longue durée, tel l’assèchement des cours d’eau ou la lente agonie des forêts. Il faut agir maintenant, plus le temps de dormir. L’alarme climatique a sonné.

Please reload

I'm busy working on my blog posts. Watch this space!

Please reload

Please reload

Derniers articles
Archive
Recherche par sujet
Contact

Jeunesse socialiste jurassienne

Rue du Nord 38
2800 Delémont

e-mail : info@jsjura.ch

+41 79 576 87 11 (Leïla Hanini, co-présidente)